Etat de l’e-sport en 2015

Quand je me suis intéressé pour la première fois à l’e-sport il y a un peu plus de 3 ans, Starcraft 2 était la discipline la plus en vogue et je ne me doutais pas qu’elle finirait détrônée par League of Legends ou CS:GO. Quelque part, ça fait un peu mal de se dire qu’un jeu avec un tel potentiel a perdu de sa superbe comparé à l’époque où les streams s’enflammaient sous les APM des plus grands maîtres coréens. Non, vraiment, regarder du SC2 c’est tout une expérience.

Mais le temps a passé et la DreamHack a décidé de déloger le jeu de Blizzard pour mettre CS:GO à la place. Une initiative qui n’est pas du goût de tout le monde. Les joueurs de RTS sont quelque part un peu amers et espèrent voir en Legacy of the Void un renouveau. Arrivera-t-il à créer un équilibrage censé comme Brood War l’eut en son temps ? Nul ne saurait vraiment le dire.

Et puis il y a l’argent, l’e-sport money comme on tend à l’appeler sur les réseaux sociaux avec un hashtag toujours moqueur quand les projets semblant malhonnêtes sont fustigés en place publique. Demander des dons, toujours plus. Quand le projet a l’air viable et a besoin d’un soutien de la communauté, les donateurs sont souvent au rendez-vous. Mais quand celui-ci nous semble non justifiable pour diverses raisons, nous sommes prompts à nous en indigner.

L’argent est le nerf de la guerre et se faire une place dans le secteur est devenu compliqué. Et quand on ne peut être un grand champion ou réussir à attirer suffisamment le viewer, il est alors difficile de générer un revenu de cette activité qui semble pourtant lucrative pour les plus chanceux. Certains prennent la tangente et ouvrent des barcrafts, d’autres tentent d’organiser des LANs. Mais tous ont la même passion, celle de faire vivre cette activité encore longtemps.

Ce qui était un monde marginal il y a 10 ans se démocratise à vitesse grand V et l’on doit ce salut en grande partie à League of Legends qui, par son design attractif et son côté « jeu en équipe » a su conquérir une grande masse de joueurs. Tant et si bien que Coca Cola est devenu sponsor. Et souvenez-vous, l’an dernier, Auchan a lancé sa line-up Call of Duty.

L’e-sport n’est donc pas mort, loin de là même. Et si, en France, on rêve d’un équivalent de la KeSPA et d’une reconnaissance réelle afin que nos joueurs préférés puissent être considérés comme des sportifs à part entière, l’idée fait son chemin. Nos politiques (comme Axelle Lemaire par exemple) semblent s’y intéresser et voir que le jeu vidéo de compétition n’est plus l’apanage d’une bande d’adolescents dans un cyber-café douteux mais bien une communauté diverse qui souhaite se hisser au même rang que le football ou le tennis. A quand les LCS sur Canal + ?

Author: Mathieu Fichot

Dans le milieu de l’esport depuis 2012. Amateur de jeux vidéo, voyages et culture.

5 thoughts on “Etat de l’e-sport en 2015

  1. Sur les 15 dernières années, il y a eu de nombreux changements quant aux jeux “dominants” sur la scène. Mais pour sc2, certes il s’est fait dépasser par LoL, et il est proche de CSGO, cela dit, il est toujours présent dans les gros tournois. On est encore loin de ce qui est arrivé à Quake par exemple, et vu que Blizzard est très investi dans l’esport, il n’y a que peu de chances que sc2 continue à décliner de cette manière. Et puis LOTV remettra un petit coup de boost bientôt ! 🙂 bisous poulet

    Ps : L’esport, marginal il y a 10 ans ? Avant la crise, on a pu voir des choses qu’on ne recommence tout juste à voir avec LoL aujourd’hui, genre l’eswc qui remplissait Bercy, c’était phénoménal http://www.dailymotion.com/video/x2h7n3_eswc-reloaded-vostfr_videogames

  2. Alors je sais pas si c’est le cas pour les autres jeux (mais je suppose que non, en majeure partie), mais League of Legends a le gros point fort de ne jamais stagner : De nouveaux personnages apparaissent, de nouveaux objets, ce qui oblige des changements de stratégies, les joueurs doivent en permanence se réadapter, les graphismes aussi évoluent, des modes de jeu plus casual sortent périodiquement… Ce qui rend le jeu très vivant et non figé, et cela, autant dans l’esport que pour les joueurs casu comme moi. Je pense que c’est en grande partie pour ça que LoL ne s’essouffle pas du tout et a détrôné tous les autres jeux, que ça soit a haut ou a bas niveau.

Leave a Reply