Joueurs, animateurs et les webTV e-sport de demain

Pomf & thud

Depuis bientôt 2 ans que je me consacre aux webTV et à l’animation d’émissions, j’ai pu remarquer une chose : les codes de ce qui marche dans le domaine des webTV sont les mêmes qu’à la télévision. Et cela n’a rien d’étonnant puisque les humains qui regardent du divertissement à la télé ne sont dans le fond pas bien éloignés de ceux qui regardent des programmes sur Internet. Et même si le thème de départ que constitue le jeu vidéo diffère dans sa nature des codes du divertissement grand public, on n’aime pas seulement voir du beau jeu. On aime s’amuser et que la personne à l’écran le fasse avec talent. Ainsi, des personnes comme Zerator ou Torlk ont pu faire grandir leur audience au point d’être de vraies stars de Twitch. Et je pense, toutes proportions gardées, que l’on peut les comparer à Cyril Hanouna dans leurs genres respectifs. Partant de ce constat, on peut commencer à se demander ce que deviendront les WebTV de demain.

Un univers en expansion

Les WebTV prennent de plus en plus d’ampleur et les chiffres sans cesse grandissant le montrent. Pour fidéliser cette audience, il faut donc s’adapter et, forcément, proposer ce qui plaira au plus grand nombre afin de gagner de l’argent (vous ne croyez quand même pas qu’on allait réinventer la roue du point de vue modèle économique, non ?). Et c’est là que le « problème » arrive. En effet, un joueur n’est pas toujours bon animateur et les nouveaux arrivants dans le domaine des webTV ne sont pas fidélisés comme le sont ceux qui ont suivi cette évolution au cours des dernières années. Il va donc falloir faire en sorte d’accueillir cette masse de nouveaux arrivants, rendre son stream plus attractif, plus fun et plus accessible pour accrocher l’audience immédiatement. A terme il faudra donc devenir plus sélectif et ne garder que ceux dont l’audience perdure.

Dans cette grande évolution des WebTV, les animateurs s’en sortiront mieux. Non qu’ils soient meilleurs en terme de jeu (ce n’est pas ce qu’on leur demande), mais ils canaliseront la majeure partie de l’audience et deviendront les acteurs majeurs des webTV de demain. On verra peut-être même émerger un mercato semblable à ce que l’on peut voir actuellement dans le monde télévisuel.

zerator & mister mv
Zerator & Mister MV, deux animateurs très connus

Et l’e-sport ?

Les joueurs, eux, pourront se concentrer sur l’entraînement et la compétition. Plus obligés de streamer leurs parties pour gagner de l’argent, ils échapperont ainsi au streamhack et pourront garder certaines de leurs stratégies secrètes. Certains me rétorqueront qu’on aime regarder les joueurs plus forts que nous afin d’apprendre et c’est effectivement une des raisons pour lesquelles on regarde un Stephano ou un Kolento. Je pense juste qu’à l’avenir, ils deviendront minoritaires et seront supplantés par les chaînes d’animateurs.

Mais rassurons-nous parce que la compétition deviendra alors monnaie courante en terme de programme. Plus fréquente, animée par des commentateurs chevronnés et formés aux métiers de l’animation télévisuelle. La qualité de production s’envolera alors toujours plus haut et l’on pourra regarder du Starcraft comme d’autres regardent du  rugby. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que des chaînes comme ESPN se penchent sur le phénomène. Fortes de leur expérience dans le domaine du sport et de la télévision, il est normal qu’elles souhaitent conquérir ce marché grandissant qu’est l’e-sport, permettant ainsi d’amener sur ce terrain toujours plus de sponsors et d’argent.

Conclusion

Vous l’aurez compris, l’avenir est aux animateurs et aux fortes personnalités, puisque la webTV se veut devenir TV, et devra donc muter à terme. On peut notamment comparer ce que sont les webTV de moyenne taille aujourd’hui à ce qu’était Direct8 à ses débuts, un espace de direct qui connaissait parfois des bourdes mais dont la ligne éditoriale était simple : faire du direct et rien que du direct. Profitons donc encore du caractère « libre » de Twitch qui permet à tout un chacun de devenir une star du web. Parce que c’est aussi ça la magie d’un média comme Internet, le modèle dit « horizontal » que proposent des plateformes comme YouTube ou Twitch permet l’émergence de nouveaux talents et la génération de contenu. Et le tout de manière spontanée.

Author: Mathieu Fichot

Dans le milieu de l’esport depuis 2012. Amateur de jeux vidéo, voyages et culture.

One thought on “Joueurs, animateurs et les webTV e-sport de demain

  1. Si on prend la photo de loin, je suis d’accord qu’on verra les grandes chaînes devant, mais il restera une myriade de points qui feront le paysage. Je ne prédirai pas au streaming la même fin qu’aux radios libres des années 80, devenues quelques radios bande FM parmi d’autres. La différence c’est bien que n’importe qui peut streamer. Y compris des inconnus peu intéressants et à peu de budget (comme moi), des joueurs talentueux, des joueurs atypiques, et des personnes plus charismatiques qui finiront, ou pas, dans des chaînes. Et surtout le spectateur peut interagir avec le streamer, sans payer un SMS de 0,50€ + les coûts opérateurs qui n’existent plus.
    L’expérience vécue sur un stream à 10000 personnes et sur un stream à 30 personnes n’a rien à voir. Suivant l’humeur, la ménagère choisira un format ou un autre. A la télé, peu d’analogies possibles. Donc, comment dire que l’avenir ce sont les grandes chaînes ? En termes de “top” viewers, de revenus ? Oui, bien sûr. En termes de stratégies des entreprises ? Peut-être, et c’est ce qui serait le plus inquiétant.
    Ceci dit, j’aurais aimé une analyse pour vérifier ton impression. En France le paysage streaming Hearthstone ou LoL s’est clairement professionnalisé sur des chaînes gérées et labellisées par des vraies sociétés. Quand je regarde au niveau mondial, hormis lors d’évènements de type tournois, ce sont plutôt des “stars” sur une chaîne perso, bien qu’appartenant à une équipe, qui passent devant.

Leave a Reply