La question de l’e-sport féminin

On m’a parfois demandé ce que je pensais des compétitions e-sport féminines que l’on peut voir fleurir dans certains événements. La question se pose : Doit-on initier des tournois féminins au risque d’isoler les femmes ?

Tout d’abord il convient de se demander pourquoi on met en place des tournois féminins. Cela veut-il dire que les autres tournois sont réservés aux hommes ? En fait, non. Les tournois non-féminins sont mixtes et la présence de Scarlett (que je considère comme une fille puisqu’elle se définit en tant que telle) le montre. Je n’ai d’ailleurs jamais vu de tournoi exclusivement masculin et l’incident de l’IeSF qualifier (un tournoi, soi-disant réservé aux hommes, qui a fini par se régler par un message officiel de Blizzard affirmant que ses jeux étaient pour tout le monde) n’est qu’un petit accrochage dans la galaxie du Gaming.

J’entends déjà Patrick Juvet crier « Où sont les femmes ? » et il aurait bien raison. Demandons-nous pourquoi la représentation masculine est aussi forte dans l’e-sport. Non, les femmes et les hommes n’ont pas un cerveau différent (contrairement à cette connerie que j’ai pu lire chez aAa); le niveau des femmes dans l’e-sport est – et c’est malheureux à dire – tout simplement globalement inférieur à celui des hommes. Si ce n’était pas le cas, nous verrions beaucoup plus de femmes s’imposer dans les tournois. Un constat amer.

Qu’est-ce qui justifie un tel écart ?  Avant d’illustrer mon point, j’aimerais attirer votre attention sur un pays dont nous avons tous entendu parler : la Corée du Sud. Si nous sommes d’accord pour dire que de nombreux joueurs coréens ont un niveau bien supérieur à celui des européens et des américains (encore que cela ne se vérifie pas sur HearthStone mais c’est un cas particulier), nul n’oserait affirmer que les coréens sont biologiquement supérieurs aux autres (et si vous défendez cette idée, il est temps d’arrêter de lire de la science-fiction ou des théories fumeuses).

Nombreux arguent que leur niveau vient de leurs longues heures d’entraînement. C’est une réponse correcte mais toutefois incomplète. En effet, force est de constater qu’un joueur américain, un joueur européen et un joueur coréen n’auront globalement pas le même niveau en s’entraînant autant. Ce qui les différencie ? La culture. Je prendrai avec des pincettes l’affirmation comme quoi les parents asiatiques sont très sévères avec leurs enfants (trop de contre-exemples pourraient m’être cités par d’éventuels détracteurs) toutefois, au vu des nombreuses équipes coréennes et du niveau de leurs joueurs, on est en droit de faire un lien avec une mentalité d’excellence souvent évoquée.

La culture est un élément fondateur dans chaque société. Quelque part, elle nous définit. En faire partie, c’est un peu s’y reconnaître mais aussi s’autoriser à la critiquer. Mais revenons aux femmes. Je pense sincèrement que notre culture (patriarcale, voilà, le mot est lâché) apprend plus facilement aux hommes à être compétitifs qu’aux femmes, et ce dès l’enfance. On défend partout l’idée du self-made man, de l’homme qui réussit et de la course au succès. Pour la gent masculine, la compétition est partout, dans les notes à l’école, dans la course à la virilité, aux muscles, dans les images renvoyées des médias, l’image de l’homme qui réussit ne cesse de ressurgir dans notre quotidien. Les hommes se doivent donc d’être les meilleurs dans tout ce qu’ils font et sont  invités à la compétition dans n’importe quel domaine. Le message envoyé aux femmes est, lui, tout autre et majoritairement tourné vers la beauté et la fondation d’une famille. Deux modèles de la réussite et deux injonctions qui s’ancrent petit à petit dans nos cerveaux et nous rendent si différents les uns des autres.

Alors, suis-je pour les tournois féminins ? Oui, parce qu’ils permettent une représentation féminine dont le milieu a besoin. Ils permettent aux femmes de s’affirmer lors de compétitions. C’est aussi quelque part un premier pas vers une mixité qui tarde à se faire. Arriverons-nous un jour à une meilleurs représentation sur les tournois mixtes ? Je le souhaite, tout comme je souhaite voir des femmes botter le cul des mecs en tournoi officiel. Mais dans combien de temps et à quel prix cela arrivera-t-il ? Je ne saurais le dire. Selon moi il s’agit d’un problème qui dépasse l’e-sport et qui remet en question la place de tout un chacun et la culture que l’on reçoit.

Author: Mathieu Fichot

Dans le milieu de l’esport depuis 2012. Amateur de jeux vidéo, voyages et culture.

10 thoughts on “La question de l’e-sport féminin

  1. Je ne suis que partiellement d’accord à la fois avec l’analyse et la conclusion.
    Je pense que tu oublie l’effet de masse. Il faut poser la question du nombre de joueuse PRO. Si on considère que 1% des joueurs PRO ont un niveau international, ce 1% ne représente simplement pas autant de femme que d’homme.
    Ma première conclusion est que pour avoir des bonnes joueuses PRO, il faut avoir des joueuses PRO donc avoir des joueuses. C’est vrai quelques soient le jeux mais plus compliqué culturellement pour certain jeux comme CS:GO, moins pour d’autre comme Hearthstone.

    Pour moi, la question de l’E-sport au féminin pose la question de l’attractivité des jeux vidéos compétitifs vers un publique féminin.

    En conclusion, je suis pour que l’E-sport reste mixte mais je suis pour des tournois féminins si cela permet d’améliorer l’attractivité de l’E-sport vers ce publique.

  2. Je sais pas si ton article a quelque chose à voir avec notre discussion d’hier mais en tout cas je suis ravie de le lire et suis entièrement d’accord avec toi.

    Ce phénomène se retrouve dans tous les domaines. Des qu il y a compétition, les hommes auront plus de réussite que les femmes. Car d’un point de vue général, les femmes ne sont pas habituees a cette compétition. Une des premieres choses que notre prof de maths nous avait dit en prepa maths : les filles ont de meilleures notes que les garçons mais aux concours pour les écoles d’ingénieur les garçons ont de meilleures notes. La raison : la compétition.

    Je pense meme qu il y a un double effet (Attention je vais vulgariser et généraliser pour expliquer mon pdv) :
    – la compétition (mixte ou non) stimule les garçons car c est pour eux le défi de montrer que c est eux le meilleur!
    – la competition (mixte) inhibe les filles car elles ont peur que si elles echouent on leur dise “c’est normal c est parce que tu es une fille” ou qqch dans le genre.

    Pour en revenir a l esport.

    Un homme qui échoue dans l e sport on lui dira jamais : ah bah en meme temps t 3s un garçon donc c est normal.

    Une fille qui échoue dans l e sport de trouvera forcément confronté a une remarque liéée a son sexe.

    Et clairement ca ca ne motive pas (de manière générale) les filles a s orienter dans l e sport.

  3. Pour moi, tant qu’on nous laisse le choix ça me va. Oui aux tournois féminins mais uniquement si on nous laisse le choix de participer aux autres tournois.

  4. Hum… Je ne suis pas contre tout ce qui a été dit ici mais…
    “Une des premieres choses que notre prof de maths nous avait dit en prepa maths : les filles ont de meilleures notes que les garçons mais aux concours pour les écoles d’ingénieur les garçons ont de meilleures notes. La raison : la compétition.”
    En étant une fille qui vient de prépa je trouve cette phrase totalement fausse est cette réflexion un peu débile… J’étais dans une prépa bio donc énormément de fille donc je ne vais pas parler de ma prépa (mais les mecs qu’on avait n’ont pas fait du tout les meilleurs résultats)… Mais par contre j’avais plein d’ami mec en MP (math physique) et les filles qui leur massacrait la tête pendant les exams leur ont encore massacré la tête au concours… Il n’y a pas vraiment de surprise là dessus

    Je fais du tennis en compète depuis que je suis gamine la compétition je connais.
    “la competition (mixte) inhibe les filles car elles ont peur que si elles echouent on leur dise « c’est normal c est parce que tu es une fille » ou qqch dans le genre.”
    Re faux… En tout cas dans mon cas particulier c’est complètement faux… Il n’y a rien de plus jouissif qu’avoir un gros matcho en face de toi (je joue pas mal en double mixte) qui essaye de taper plus for que la “pauvre fille” que tu es, qui n’y arrive pas ou en tout cas qui n’arrive pas à gagner le point… Et là l’inverse se pose “omg t’as perdu contre une fille” .
    (toutes ses réflexions que je trouve totalement ridicule dans les deux sens qu’on soit bien d’accord).
    Et dans ce cas le mec commence à faire n’importe quoi et ça devient très facile de gagner

    Après bon il y a possiblement pas beaucoup de fille qui pensent comme moi… mais il en existe 😉

    Pour moi le problème du nombres de fille dans les jeux vidéos n’a rien avoir avec la compétition ou je ne sais quoi allez voir en sport “conventionnel” si les filles ne sont pas en mode compétition. Pour moi, c’est à cause de l’éducation. Quand tu es gosse on t’apprends que les filles jouent aux sims et les mecs à CSGO et du coup au final il y a beaucoup moins de fille qui vont être présent en e sport tout simplement parceque leur parrent ne leur ont jamais acheté les jeux correspondant quand elles étaient gamine et que si elles passaient trop de temps sur ces jeux ça serait classé de non féminin et ça des fois… ça passe pas!
    Les compétition féminine peuvent être bien d’un autre coté les filles qui gagnent des tournois féminin risque de s’enfermer là dedans de ne jamais aller jouer contre les mecs et du coup ne jamais réellement progresser… (on ne devient pas bon en jouant contre des joueurs moins bon que nous)
    Vala mon “petit” avis ^^’

    1. Juste précision au cas où par rapport a mon message. Je faisais une généralité et en aucun cas disait que c etait le cas pour TOUTES les filles.

      Concernant la remarque de mon prof, c etait le constat qu’il avait au bout de 30ans de carrière. Il nous l a dit au début pour éviter qu’on tombe dans ce cas la… et il a bien fait 🙂

      Totalement d’accord avec toi (et Mathieu) : tout vient d’un problème d’éducation et donc de société.

      1. Mais le pire c’est que ça peut être vrai c’est juste que les généralités du genre me donne des boutons ^^ (parceque je ne m’y retrouve absolument pas!)
        Et puis bon les profs de prépa hein ça peut te sortir des phrases comme ça en exagérant un peu rien que pour faire réagir… (surtout en début de première année)
        Mais bon j’ai bon espoire les filles vont arriver les choses change doucement!

  5. – Totalement vrai. Pour qu’une femme puisse aujourd’hui passer “pro”, ça voudrait dire qu’elle joue au moins autant qu’un homme. Sauf que la culture française le veut autrement. Et donc on a très peu de femmes compétitives.
    – En ce qui me concerne, c’est le manque de temps qui m’empêche de hard train. Aucun regret d’avoir deux enfants, il n’empêche qu’ils prennent la masse de temps

    – Une fois de plus, totalement vrai. La majorité des streams qui font un carton sont ceux où le niveau n’est pas excessif mais il y a des boobs, du maquillage, et tous les trucs superficiels qui vont avec (sans parler des groupes dits de “filles” avec leurs conversations vides d’intérêt et qui confirment la place de la femme dans la société “soit belle et tais-toi”).
    – De mon vécu personnel, en tant que joueuse SC2 qui cherche à percer dans l’e-sport, c’est ultra rude d’être cataloguée comme une femme qui devrait retourner dans sa cuisine (car telle est ma place). D’autant plus que je n’ai pas un physique de fou, donc forcément, ça insulte, troll, taunt. Ayant été attirée depuis toujours par les boulots dits “de mec”, ça ne me choque pas, mais ça me fatigue à la longue de voir qu’au bout de 20 ans, les mentalités n’ont pas évoluées (à 8 ans, je voulais faire chauffeuse de poids lourds).

    Pour résumer, je trouve ton article très bien résumé. Merci d’avoir un point de vue aussi objectif et pertinent sur la question.

    glhf 🙂

    1. Ah, ça a pas pris les quotes. Donc je citais en premier :
      – “Mais revenons aux femmes. Je pense sincèrement que notre culture (patriarcale, voilà, le mot est lâché) apprend plus facilement aux hommes à être compétitifs qu’aux femmes, et ce dès l’enfance.”
      et en deuxième :
      – “Le message envoyé aux femmes est, lui, tout autre et majoritairement tourné vers la beauté et la fondation d’une famille.”

      🙂

  6. Alors il y a des éléments intéressant.

    Apres, je vais partir sur une toute autre théorie :

    On à passé et on passe encore un putain de temps à expliquer aux gens que l’esport nécessite des aptitudes PHYSIQUES et pas seulement mentales (et on ne parle pas de FORCE mais d’aptitudes, rien a voir si jamais quelqu’un aurait envie de lire de travers).

    Or, c’est prouvé scientifiquement, les hommes et les femmes, n’en déplaise à certains, ne possèdent pas les même aptitudes. Il n’y en a pas un meilleur que l’autre, la guerre des sexes, très peu pour moi.

    Par contre, si l’on considère que 100% des jeux actuellement eSport ont été développé par des équipes en grande partie masculines, ceux-ci font appel à des aptitudes elles aussi tout aussi masculines (orientation dans l’espace etc…).

    Donc le phénomène de quantité, c’est pour moi un faux argument. Pourquoi ? Parce qu’il n’existe même pas 1 seul exemple de nana qui poutre des mecs du top EU/US/ASIA/WORLD.

    Par contre quand on sort des sentiers battus des jeux eSport les plus en vu… on commence à voir des nanas qui comptent parmi l’élite.

    A un moment, il faut accepter que l’autre puisse être différent. Etre différent n’est pas être inférieur, et ça notre société l’a complètement oublié.

    Nos différences font notre complémentarité. Je dis donc vive l’eSport 100% féminin parce que ça permet à des filles qui se dévouent corps et âme à cette passion, de pouvoir entrevoir une carrière eSportive autrement qu’en casteuse à poil.

Leave a Reply